Les bâtisseurs de ponts Group

Les bâtisseurs de ponts

Au milieu de l’année, Chromos et Fujifilm Suisse sont devenus CHROMOS Group SA. Cela s’est accompagné d’une toute nouvelle apparence. Cela nous amène directement à la question classique : évolution ou révolution ? Daniel Broglie, copropriétaire et responsable des ventes + services, dit clairement : “Evolution !” On pourrait le décrire autrement : le point culminant préliminaire d’un processus de transformation qui non seulement révèle beaucoup de choses sur le groupe CHROMOS, mais jette aussi un coup de projecteur sur les processus de changement à observer. On se positionne consciemment comme un “bâtisseur de ponts”. Texte : Paul Fischer / Image : CHROMOS Group AG

Pourquoi s’intéresser à la nouvelle apparition du groupe CHROMOS ? Car la réponse de Daniel Broglie à la question “Qu’est-ce qui va changer pour les clients de l’industrie graphique ?” ne laisse rien à désirer en termes de clarté : “Rien !”. Il s’agit bien entendu d’une simplification considérable si l’on examine le sujet de plus près. Les clients de l’industrie graphique conserveront leurs interlocuteurs habituels et les différents services seront fournis exactement de la même manière qu’avant le changement de nom. Néanmoins, CHROMOS Group 2020 n’est plus le même Chromos qu’il y a quelques années. Et les structures mises en place aujourd’hui ont pour but d’assurer que le groupe CHROMOS continue à se développer avec succès avec le marché dans la perspective de la prochaine décennie. La nouvelle structure de l’entreprise est le résultat de considérations stratégiques qui ont été soigneusement élaborées par le conseil d’administration et la direction au cours des deux dernières années.

Tous dans le même bateau

Le “nouveau” CHROMOS Group se présente à ses clients existants et potentiels comme suit : “Le groupe Chromos est un fournisseur de solutions de premier plan pour les industries des arts graphiques, de l’emballage, de l’alimentation, des boissons, du film photo, de la diffusion, du médical, de la pharmacie et de la transformation.” Sur le plan commercial, elles sont divisées en six divisions : Imprimerie, Emballage, Industrie, Kelva Web Cleaning, Fujifilm Photo, Service. Sur le plan organisationnel, il n’y a plus qu’une seule entreprise, CHROMOS Group AG, tout le reste a disparu. Le nom Fujifilm n’est plus qu’une “marque”. Le changement de nom du groupe CHROMOS n’est-il donc qu’une mesure de réduction des coûts bien cachée ? Daniel Broglie le dément clairement : “Il ne s’agit pas d’un exercice de réduction des coûts. De nombreux domaines étaient déjà combinés avant la nouvelle structure : le département des ressources humaines, la comptabilité, la logistique, l’informatique. Mais nous avions encore deux sociétés, Chromos AG et Fujifilm (Switzerland) AG. L’organisation de services Imsag AG a déjà été intégrée à Chromos AG en 2019 dans le cadre de la simplification. Chacune des entreprises avait ses propres structures et processus. Bien sûr, elles ont été adaptées les unes aux autres au fil des ans, mais il y avait encore des différences dans les détails. Prenez le département des ressources humaines, par exemple. Une personne s’est occupée en profondeur de Chromos SA et une autre s’est concentrée sur Fujifilm Suisse. Par conséquent, ces personnes ne pouvaient pas simplement se remplacer les unes les autres pour les vacances. Et ce, dans tous les domaines. Même si nous avons activement coordonné les différentes parties de l’entreprise, certains se considéraient plutôt comme “Chromos” et d’autres plutôt comme “Fujifilm”. Avec la nouvelle structure organisationnelle, nous n’avons plus qu’un seul service de marketing, un seul service de vente et un seul service “corporate” avec les ressources humaines, la logistique, l’informatique, les finances et le service clientèle. Nous avons commencé il y a quelques années avec la devise “Une entreprise”. Avec la nouvelle structure, nous sommes désormais tous dans le même bateau et nous nous dirigeons ensemble vers nos objectifs. En termes de personnel, nous n’avons pas de surcharge de travail du fait de la nouvelle structure organisationnelle ; en fait, nous pouvons utiliser le potentiel existant de manière plus efficace.” Et les mesures de réduction des coûts mises en œuvre l’année dernière ? Daniel Broglie : ” En 2019, nous nous sommes séparés de l’activité LFP et avons réduit nos forces chez Fujifilm dans le secteur médical. Ce sont des décisions qui ont été mises en œuvre indépendamment de la nouvelle structure organisationnelle.”

Les bâtisseurs de ponts Group
Entrée du bâtiment principal de Dielsdorf. D’importantes extensions des bâtiments seront réalisées au cours des 12 prochains mois.

Processus continu de changement

Le rôle des deux frères Christian et Daniel Broglie illustre très bien l’évolution de l’organisation. Avant la nouvelle structure, l’un était directeur général de Fujifilm Suisse, l’autre directeur général de Chromos. Tous deux ont géré leur entreprise, en accédant aux services centraux mentionnés ci-dessus. Tous deux ont dû couvrir l’ensemble de la gamme de leurs entreprises respectives dans leur processus de décision. Dans la nouvelle structure organisationnelle, les fonctions de gestion des frères sont plus ciblées : Daniel Broglie est en quelque sorte le “ministre des affaires étrangères” et s’occupe de tout ce qui concerne les partenaires extérieurs et les clients. Christian Broglie, quant à lui, peut être décrit comme le “ministre de l’intérieur”. Daniel Broglie utilise un exemple concret pour expliquer ce que cela signifie : “Nous avons acheté au propriétaire la propriété à Dielsdorf, où nous étions jusqu’à présent locataires. Au cours des douze prochains mois, nous voulons réaliser des mesures et des ajustements structurels. Avec l’ancienne constellation, Christian, directeur général de Fujifilm Suisse, et moi-même, directeur général de Chromos, aurions géré le projet ensemble. Avec la nouvelle structure, c’est entièrement le travail de Christian. À l’inverse, je suis désormais responsable de la commercialisation de Fujifilm Photo, qui incombait auparavant à mon frère.”

De l’extérieur, vous pourriez dire : “C’est bien beau… Mais est-ce vraiment le moment ?” Daniel Broglie répond : “Non, ce n’est pas le grand saut, et c’est pourquoi nous communiquons tout cela à nos clients et partenaires comme une évolution, pas une révolution. Mais c’est une étape intermédiaire importante dans un développement continu que nous accompagnons stratégiquement depuis des années avec un questionnement permanent.” Plus précisément, Daniel Broglie fait référence à la gestion opérationnelle de l’entreprise par les deux frères, accompagnés du père Rolf et du reste du conseil d’administration. Daniel Broglie explique : “Le groupe CHROMOS est le résultat d’une réflexion et d’une discussion intenses. Nous observons les marchés, nous essayons de prévoir leur évolution et nous adaptons nos structures en conséquence. Plus précisément, nous essayons de plus en plus d’anticiper les évolutions. Dans cette situation, nous devons être flexibles et rapides. Par exemple, le projet du groupe CHROMOS a été entièrement mis en œuvre en moins de douze mois après son approbation par le conseil d’administration. C’était et c’est toujours un rythme assez soutenu pour toutes les personnes concernées.”

Pourtant, il existe des constantes qui sont totalement indépendantes des développements actuels. Une règle, selon Daniel Broglie, est la suivante : “Chaque division doit être rentable, il n’y a pas de subventions croisées.” Et : “Nous nous situons dans le triangle entre nos clients et nos partenaires/fournisseurs”. En fait, peu de choses ont changé ici au fil des décennies. Daniel Broglie commente par une anecdote : “Mon père, Rolf, m’a montré une lettre de son père en 1972, lorsqu’il a repris la direction de l’entreprise. La lettre contenait principalement des conseils et des astuces sur la manière de traiter le triangle susmentionné en général. J’ai été étonné de voir à quel point les recommandations de mon grand-père sont encore d’actualité aujourd’hui.”

Constructeur de ponts

En 2020, le groupe CHROMOS se décrit comme un “fournisseur de solutions”. Si l’on remonte dans l’histoire, une image différente de soi s’est développée ici, avec un regard sur le passé. Au début du siècle, l’entreprise se considère davantage comme une “maison de commerce”. Aujourd’hui, l’approvisionnement des entreprises qui fabriquent des produits imprimés fait toujours partie des activités principales. Un autre pilier, comme il y a vingt ans, est le secteur de la photo. Mais l’attention s’est déplacée. Le segment de l’emballage est devenu plus important, également dans le secteur des biens d’équipement. L’impression numérique, qui n’était encore qu’une promesse en 2000, est devenue une “activité quotidienne”. L’activité offset, pivot par le passé, n’est plus aussi dominante, mais pas du tout une “quantité négligeable”, au contraire. Le groupe CHROMOS distribue désormais les presses offset du groupe japonais RMGT dans les pays germanophones. C’est un autre changement. Déjà au début du siècle, on ” broutait ” au-delà de la frontière, mais la gestion de l’ensemble de la région DACH devient de plus en plus importante. Depuis quelques années, l’entreprise est également le distributeur exclusif des produits HP Indigo en Suisse et en Autriche. Daniel Broglie : “Sur certains marchés, compte tenu des changements structurels, nous devons opérer dans toute la région germanophone. Par exemple, compte tenu de la taille des marchés et du potentiel associé, il n’est plus judicieux de vendre des presses offset RMGT uniquement en Suisse ou en Autriche. En outre, nous sommes responsables de l’activité pièces détachées de RMGT à l’échelle européenne, que nous mettons en œuvre via notre filiale allemande d’Augsbourg.”

Ce qui a également changé, c’est qu’une entreprise de la taille du groupe CHROMOS ne peut plus vivre uniquement de la vente de consommables. Les clients exigent des solutions globales. Bien sûr, cela a ses effets. Le classique “plateau du vendeur” a fait son temps. Daniel Broglie : “Nos clients ne veulent pas un vendeur, mais un consultant en technologie et en solutions. Il ne s’agit plus non plus de vendre des machines, nous devons penser activement pour et avec nos clients, leur montrer des perspectives. Il s’agit, bien entendu, d’un changement culturel complet par rapport au passé. Aujourd’hui, sans dénigrer le passé, nous avons beaucoup plus de savoir-faire technologique dans l’entreprise, de nombreux spécialistes ayant une compréhension vraiment approfondie de la technologie. Il est également de plus en plus important de comprendre les conditions de marché de nos clients. Notre solution n’est la bonne que si nous pouvons montrer à nos partenaires qu’ils auront plus de succès auprès de leurs clients avec nos solutions. Outre le savoir-faire, il s’agit donc de plus en plus de démontrer à nos clients le contexte commercial global. Nous devons tout simplement avoir cela pour pouvoir opérer avec succès sur ce marché. Les évolutions techniques, notamment celles basées sur les technologies de l’information, se font à pas de géant, et les interrelations deviennent de plus en plus complexes. Il est de plus en plus difficile pour la plupart des clients de les suivre tous.” C’est précisément là qu’intervient une autre composante importante du succès du groupe CHROMOS. Daniel Broglie : “Tous nos concurrents sont des filiales de groupes internationaux. Ils offrent ce que leurs sociétés mères développent. Nous, en revanche, avons adapté l’approche originale de la maison de commerce. Nous mettons au point des solutions technologiques complètes, conçues sur mesure pour nos clients. En tant que fournisseur de solutions, nous restons également indépendants de nos fournisseurs.” Mais les exigences de mise en œuvre sont beaucoup plus importantes pour les solutions globales que pour les produits de négociation purs. Daniel Broglie : “Face à la complexité croissante, nous sommes aujourd’hui de plus en plus un constructeur de ponts dans le triangle Groupe CHROMOS, client, partenaire/fournisseur, qui soutient activement les deux parties et les relie entre elles.”

2020 et au-delà

L’année en cours est bien sûr extrêmement difficile en raison de Covid-19. Malgré cela, le groupe CHROMOS poursuit les objectifs qu’il s’est fixés. Même sur des marchés qui ne sont généralement pas considérés comme des marchés de croissance majeurs. Se concentrer est le mot magique ici. Un exemple de Daniel Broglie : “Avec Fujifilm Foto, nous nous concentrons sur le marché des “amateurs ayant des exigences professionnelles”. Bien sûr, le marché traditionnel des appareils photo est pratiquement mort alors que les smartphones sont de plus en plus performants dans ce domaine. Mais il existe un groupe cible croissant de personnes qui en veulent plus, et c’est là que nous intervenons. C’est une histoire similaire avec les presses offset. C’est un marché difficile, mais comme nous servons exclusivement RMGT pour toute la région DACH, nous y voyons un potentiel de croissance. Il en va de même pour les systèmes de nettoyage de bandes Kelva, un produit que nous fabriquons en Suisse. Ici, nous travaillons avec des distributeurs mondiaux.” Ou de combler les lacunes. Le groupe CHROMOS est le “Centre européen de démonstration et de formation pour HP Indigo”.

Jusqu’à présent, Covid-19 a fixé des limites à son développement, mais il s’agit d’un atout précieux à une époque où les grandes entreprises abandonnent leurs showrooms et leurs centres de formation nationaux au profit de centres continentaux. L’engagement du groupe CHROMOS dans des segments qui n’ont plus grand-chose à voir avec l’industrie graphique ou le secteur de la photo est tout à fait passionnant. Il s’agit de l’impression 3D et des cobots. Notre magazine a déjà fait état de l’implication du groupe CHROMOS dans le segment 3D. Les Cobots (robots collaboratifs d’Universal Robots), en revanche, sont une activité en cours de constitution. Cela signifie-t-il que le groupe CHROMOS fait ses adieux à son activité principale traditionnelle ? Daniel Broglie le dément : ” Notre cœur de métier reste l’impression, le packaging, la photo. Mais ces marchés deviennent de plus en plus complexes, intensifs en TI et intersectoriels. L’impression 3D et les cobots sont des tendances industrielles qui vont gagner en importance au cours des prochaines années. Ces systèmes seront également utilisés là où se trouve aujourd’hui notre activité principale. Dans le même temps, elle nous permettra de nous développer sur de nouveaux marchés en tant que fournisseur de technologies et de solutions industrielles indépendant du groupe. Les entreprises industrielles deviennent donc un marché supplémentaire de plus en plus important pour nous”. Un autre projet en cours montre qu’ils sont sérieux : comme nous l’avons déjà mentionné, le groupe CHROMOS a acheté la propriété à Dielsdorf. L’objectif est de remodeler et d’agrandir l’établissement d’ici à la fin de l’année 2021 (l’année prochaine, Chromos aura 75 ans). Un investissement important, qui sera entièrement réalisé malgré la Covid-19.

En discutant avec Daniel Broglie, il apparaît clairement que le développement de l’entreprise est en mouvements permanents. L’accent est mis sur le développement continu, et non sur les grands coups libérateurs annoncés entre les deux. Malgré tout, il est tout à fait concevable que la transformation en groupe CHROMOS SA en 2020 soit perçue comme une étape importante lorsqu’on regarde l’avenir.

Recent posts