Un cap important pour l'avenir Group

Un cap important pour l’avenir

Les changements technologiques et les défis économiques exigent une flexibilité toujours plus grande afin de développer des solutions efficaces et pérennes à l’avenir, en tant que bâtisseur de ponts dans le triangle avec les clients et les fournisseurs. C’est pourquoi Chromos AG et Fujifilm (Switzerland) AG ont fusionné pour former CHROMOS Group AG le 1er juillet 2020. Il s’agit d’une étape importante dans la définition de la voie à suivre pour l’avenir.

La fusion des deux entreprises est le résultat de nombreuses années de coopération très étroite dans le but de combiner les forces et de simplifier les structures. CHROMOS Group AG renforce ainsi les bases d’un avenir prospère et réunit six divisions commerciales sous un même toit : impression, emballage, industrie, Kelva Web Cleaning, Fujifilm Photo et service.

Le vaste portefeuille global de marques mondiales telles que HP Indigo ou les technologies Ryobi/RMGT (les nouveautés sont l’impression 3D et ce que l’on appelle les cobots, www.cobots.ch), les services et les conseils, qui sont développés en solutions orientées vers les besoins avec la grande expertise habituelle, reste inchangé. Les personnes de contact seront également disponibles comme avant, et tous les accords contractuels resteront inchangés. La réorientation de CHROMOS Group AG comprend également la modernisation de l’ensemble de l’entreprise. La présence sur Internet à l’adresse www.chromosgroup.ch a également été entièrement revue. Lorsqu’une entreprise de 200 employés propose de tels changements en pleine crise de la Corona, elle fait preuve d’une sécurité et d’une planification stable typiquement suisses. La crise actuelle peut bouleverser quelque peu le calendrier, mais pas les objectifs à long terme. Nous avons interrogé Daniel Broglie, copropriétaire, et Nadine Zoller, responsable du marketing de la division “Impression”, sur l’avenir de l’entreprise, qui s’apprête à fêter son 75e anniversaire, et sur la stratégie qui la sous-tend.

Entretien avec Michael Seidl

P&P : Monsieur Broglie, votre entreprise a beaucoup bougé et changé ces derniers mois. Quelles sont les considérations, les réflexions ou la stratégie qui se cachent derrière ? Daniel Broglie : Laissez-moi le décomposer un peu : Nous avons remarqué que nous nous rapprochons de plus en plus sur le plan thématique avec les entreprises Imsag, Chromos et Fujifilm. Le secteur industriel est un exemple classique d’énormes synergies : nous sommes actifs avec Chromos dans l’industrie de l’emballage avec des systèmes de codage et nous proposons des systèmes de caméras à grande vitesse avec Fujifilm. Par exemple, nous avons équipé l’institut d’accélération des particules CERN de telles caméras. Il existe également des synergies dans le secteur médical avec Fujifilm, où Chromos a à son tour des clients médicaux dans le secteur de l’emballage. Nous avons donc vu qu’il est insensé de laisser ces marchés, si riches en connaissances, à deux entreprises distinctes. Les synergies existent aussi et surtout dans le domaine du marketing, où nous permettons désormais aux deux mondes de se développer ensemble. Le B2B (impression, industrie, emballage, nettoyage Kelva Web, service) rencontre le B2C (Fujifilm Foto) dans l’entreprise. C’est pourquoi nous avons décidé de réorganiser notre structure pour faire de la place aux nouveautés. Nous avons ainsi créé de nouveaux domaines et complété ceux qui ont fait leurs preuves par de nouveaux champs d’activité. En outre, nous travaillons actuellement sur l’orientation culturelle de l’entreprise, c’est-à-dire sur qui nous sommes et où nous voulons aller.

P&P : Maintenant, partons à la recherche d’indices. En quoi consiste la nouvelle culture d’entreprise ? DB : Ce qui se développe de manière positive, c’est que des domaines auparavant séparés se rejoignent, se fondent les uns dans les autres et que des expériences et des connaissances sont échangées. Une société est en train de se former et avec elle une nouvelle unité. Le marketing, les ventes, le service et l’entreprise se réunissent et permettent aux nouvelles énergies de circuler.

Nadine Zoller : nous le constatons déjà dans la nouvelle organisation. Nous avons également grandi ensemble en termes de locaux et, en même temps, nous avons beaucoup plus de possibilités de créativité. Les réunions de marketing produisent de meilleurs résultats, pratiquement plus personne ne fait sa propre soupe. Cela permet d’éviter les déficits de communication. Les formations internes apportent encore plus d’échanges et de connaissances.

DB : Cependant, la Corona a mis un frein au développement culturel et à l’intensification de la coopération. Surtout dans une phase où les gens étaient censés se rapprocher, ils ne pouvaient pas vraiment le faire. Bien que nous communiquions beaucoup avec le numérique, ce n’est pas la même chose que lorsque les gens se rencontrent en personne, surtout dans une nouvelle phase, dans la vie réelle et non virtuellement. Par exemple, nous voulions créer un événement culturel commun, malheureusement Corona a ruiné cela. En rapport avec le fait que la convivialité physique est très importante pour nous, je peux déjà vous dire aujourd’hui avec plaisir que nous allons aussi changer spatialement. Nous resterons sur le site de Dielsdorf, mais nous le réaménagerons et déménagerons l’année prochaine. Nous avons acquis les bâtiments et nous allons agrandir ou adapter une partie de ces locaux pour nos nouveaux besoins. Pour la future planification de l’espace, par exemple, nous avons analysé les départements qui ont beaucoup à faire les uns avec les autres, et nous allons intégrer cela dans la conception. Non seulement les zones de calme sont à l’ordre du jour, mais nous voulons également générer du “trafic” afin d’encourager la mixité. Il y aura également un concept d’espaces de travail extérieurs couverts et un grand pavillon de réunion dans le style d’un campus de CHROMOS Group.

P&P : Quand souhaitez-vous que la conversion soit terminée ? DB : Nous prévoyons d’emménager l’année prochaine, à temps pour les célébrations de notre 75e anniversaire.

P&P : Revenons à l’actualité, s’il vous plaît. Quel a été l’impact de Covid-19 sur votre entreprise ?

DB : Pour nous, une grande rupture, avant même Covid, était que nous avions décidé d’arrêter de vendre l’impression grand format. C’était une grande décision. La raison en est qu’il était devenu très difficile de développer ce marché de manière durable, car il y avait trop de fabricants pour trop peu de clients. Nos représentants étaient Durst, HP, Mimaki et Fujifilm. Nous avons transféré cette unité commerciale, y compris les employés, à un partenaire. Nous avons donc trouvé une bonne solution pour nos clients et une solution socialement acceptable pour nos employés. Dans l’ensemble, l’année Covid 19 s’annonce comme un développement commercial acceptable pour nous : Bien que le segment de l’impression soit en déclin dans l’impression offset traditionnelle. Cependant, nous avons pu compenser cette activité grâce aux bonnes ventes de HP Indigo. Pour les clients, la flexibilité de nos systèmes d’impression numérique associée à une qualité d’impression élevée a été la décision d’achat décisive. Le fait que, malgré l’absence de la Drupa, nous ayons pu montrer virtuellement la nouvelle gamme HP Indigo et ainsi convaincre les clients qui ont également contribué à cette réussite. D’ailleurs, c’est aussi le cas en Autriche dans une certaine mesure.

P&P : Se pourrait-il que les différences entre la Suisse et l’Allemagne et l’Autriche soient également dues au fait que les entreprises suisses sont toujours dans une meilleure situation financière ? Pour de nombreuses entreprises en Autriche, les subventions ne sont pas arrivées depuis longtemps, voire pas du tout. Cette situation est différente de celle de la Suisse, où une fusion des banques a permis d’assurer une assistance rapide.

DB : En ce qui concerne les banques, c’est exact. Elle a été versée plus rapidement en Suisse qu’en Autriche. Mais dans les deux pays, le chômage partiel a été globalement bénéfique. En outre, l’Autriche a un système très favorable aux entreprises, avec des subventions que nous n’avons pas en Suisse. Certaines entreprises graphiques en Autriche en ont profité. En ce qui nous concerne, nous avons cinq points importants qui ont permis de maîtriser la crise : nous avons d’excellents employés qui peuvent résister à un test de stress à tout moment. Nous entretenons des relations très longues, intenses et de confiance avec nos clients et fournisseurs. En outre, nous avons commencé à mesurer nos liquidités chaque semaine et non plus chaque mois. En outre, nous disposons d’un large portefeuille et – cinquième point important – d’un travail à court terme.

P&P : Comment voyez-vous actuellement l’évolution des foires et des événements ?

DB : Laissez-moi réfléchir à la pensée d’un client à ce sujet. Il disait que tout le monde commence maintenant à organiser ses propres salons professionnels. Quel est le but de tout ça ? Et il a raison. Je pense que le concept de salon professionnel en tant que tel est plus intéressant, plutôt que de participer à sept ou huit salons internes. Une autre déclaration à ce sujet : Bien entendu, les présentations virtuelles permettent de montrer les actualités et la technologie. Ce qui ne fonctionne pas, en revanche, c’est l’échange important entre les uns et les autres avec les formats numériques. Quand je pense aux foires commerciales actuelles, je pense que cela dépend de la volonté des fournisseurs de gérer cela ou non. Un facteur important, cependant, est que pour de nombreuses petites et moyennes entreprises, la Drupa, par exemple, est la seule plateforme internationale pour présenter leurs produits. Ils n’ont pas la possibilité d’organiser leurs propres grandes expositions internes. Seuls les grands acteurs peuvent le faire. En ce qui concerne la Drupa, je m’inquiète déjà de savoir si elle aura lieu si trop peu de grandes entreprises y participent. Ensuite, il y a la possibilité limitée de voyager, mais aussi le respect des gens pour les voyages.

P&P : Pour Chromos, l’emballage est un segment important, voire le plus important de la gamme de produits ?

DB : Le secteur de l’emballage se porte bien dans la crise, et nous aussi dans ce segment. Corona a également fourni des éléments de réflexion à ce sujet. La couleur locale a été beaucoup encouragée, et la valeur d’un bon emballage est de nouveau appréciée. Si quelque chose n’est pas emballé, vous avez un problème de durée de conservation ou aussi, surtout à notre époque, un problème d’hygiène. Cela nécessite un emballage de qualité et sûr. Nous venons d’effectuer une nouvelle analyse de portefeuille en comparant l’année 2020 avec l’année 2000. En 2000, nous réalisions 34 % de nos ventes avec le segment de l’imprimerie, aujourd’hui ce chiffre est de 25 %. Alors que le segment de l’emballage représentait 10 % des ventes en 2000, il en représente aujourd’hui 30 %.

Un cap important pour l'avenir Group
Le graphique illustre très bien l’évolution des secteurs d’activité de Chromos au cours des dernières années.

P&P : Avec des activités telles que l’impression 3D et la robotique qui n’en sont encore qu’à leurs débuts, le secteur industriel va probablement continuer à se développer.

DB : Vous avez tout à fait raison. Nous prévoyons une part de 20 % des ventes totales ici à l’avenir. De notre point de vue, le service devrait également continuer à se développer.

P&P : Le vaisseau Chromos, y compris l’équipage nouvellement assemblé, est sur une bonne trajectoire ?

DB : Laissez-moi le dire de cette façon : Je suis extrêmement positif et heureux que nous ayons pris ces mesures au cours des derniers mois, qui nous tenaient à cœur depuis trois ans. Notre équipe commence tout juste à s’y habituer. J’ai confiance que tout sera reçu positivement et que tout se mettra en place. Depuis le 1er janvier, tout le monde est pratiquement dans un nouvel environnement. Le changement est important et doit être vécu.

P&P : Il est agréable de voir que vous travaillez si intensément sur une nouvelle structure pour qu’une entreprise familiale comme Chromos soit prête pour l’avenir, également avec les nouvelles technologies. Il faut une grande équipe pour faire ça. DB : C’est la bonne façon de le dire, merci beaucoup. L’entreprise familiale est un point très important : je pense déjà à ce qui doit être fait en termes de succession lorsque je ne serai plus dans l’entreprise. Il s’agit toujours de fixer le bon cap. C’est pourquoi ma sœur, mon frère et moi-même avons l’horizon à long terme en tête lorsque nous planifions. Cependant, nous gardons toujours à l’esprit que les industries dans lesquelles nous sommes impliqués sont notre ADN.

P&P : Vous avez dit plus tôt que vous aimiez aussi vous projeter dans l’avenir. Où voyez-vous le nouveau groupe Chromos dans cinq ans ?

DB : Le plus important maintenant, c’est bien sûr la restructuration et la bonne mise en œuvre des six nouvelles divisions sur le marché. L’architecture est en place, le potentiel est là pour s’étendre et développer l’ensemble. Nous allons certainement rester sur les marchés où nous sommes et continuer à les faire progresser. C’est ce que nous avons toujours fait à travers l’histoire. Un autre projet pour l’avenir pourrait être d’internationaliser davantage le groupe Chromos. Par exemple, il serait concevable de devenir l’importateur général de certains produits pour l’Europe. Pour RYOBI/RMGT, par exemple, nous gérons déjà l’entrepôt européen de pièces détachées. Et cela pourrait nous ouvrir beaucoup de nouvelles opportunités à l’avenir. Le développement de notre secteur industriel avec la 3D et les cobots sera passionnant, et nous aimerions le faire avancer de manière significative.

P&P : En parlant de l’avenir après Corona, y aura-t-il une proportion accrue de bureaux à domicile ou reviendrons-nous à la vie de bureau normale à laquelle nous sommes habitués ? DB : Nous avons récemment discuté de ce sujet lors de la réunion de notre groupe de travail sur Corona. Nous sommes de nouveau pleinement opérationnels depuis septembre. Nous devons maintenant décider quels départements peuvent réellement tolérer plus de travail à domicile et lesquels moins. En tout état de cause, il y aura une nouvelle installation FlexDesk, où les employés qui travaillent à domicile auront une place dans le bureau. Mon opinion personnelle est que nous devrions être très prudents ici. Si c’est chacun pour soi, alors nous perdons la valeur de la collaboration. Nous devrons trouver un équilibre pour que la communication et la collaboration continuent de bien fonctionner malgré la numérisation.

Recent posts